Eddy Zauner : l’ardente jeunesse de la passion

Bruno MATHIEUOctobre 2014

Quand un homme de 68 ans vous parle de pêche à la mouche avec la volubilité et l’énergie d’un adolescent et que cette passion pétille dans ses yeux de gamin découvrant la volupté des confitures, vous ne pouvez échapper à l’aimantation qui diffuse de sa personnalité. Il s’appelle Eddy Zauner et voici quelques impressions retranscrites à chaud à l’occasion d’une rencontre marquante avec un infatigable pêcheur à la mouche et monteur-inventeur jamais pris au dépourvu.
Si je me suis permis de donner l’âge d’Eddy, c’est parceque l’homme dégage une telle énergie qu’il est impossible de l’imaginer autrement que dans la plus belle force de l’âge. Et bien au-delà de l’exubérance de son élocution et de la vivacité de ses gestes, l’homme de terrain accuse un entrain et une vitalité d’une belle jeunesse, je peux en témoigner devant les 3000 Dieux-fleuves attestés par les écrits grecs de la mythologie pour l’avoir suivi toute une journée à remonter les courants vifs de la Weiss, la rivière de montagne qui coule tout près de chez lui.
La vallée de la Weiss, c’est la plus nordique des vallées vosgiennes du Haut-Rhin et la rivière Weiss est un modeste cours d’eau de 24 kilomètres, sous-affluent du Rhin passant par la Fecht et l’Ill. Mais l’attachement que l’on porte aux choses aux éléments ou aux lieux n’a rien à voir on le sait bien avec leur prestige ou leur solennelle grandiloquence. Quel pêcheur n’a pas trouvé l’aiguillon de sa passion dans l’attachement qu’il a porté dès l’enfance au ruisseau qui courait tout près de chez lui. Les petits ruisseaux font toujours les grandes rivières et la Weiss aussi modeste soit-elle ne démérite pas, la qualité de ses eaux et la santé de ses truites d’aujourd’hui n’étant pas sans rapport avec l’engagement et le dévouement filial que lui a toujours porté Eddy. Eddy est né en 1946, au bord de cette petite rivière à truites, à Kaysersberg, un des plus beaux et des plus célèbre villages alsaciens, village natal et indissociable d’Albert Schweitzer, l’universel et grand médecin, philosophe, musicien, théologien et prix Nobel de la paix en 1952. La pêche à la mouche est au départ pour Eddy une affaire de famille, une voie incontournable dont l’imprégnation va être inoculée par la bienveillance de deux frères aînés qui sont déjà des mordus et qui vont l’initier dès son plus jeune âge. La première canne à mouche en fibre de verre arrive toute neuve et tout droit des célèbres manufactures de Saint-Etienne. Le gamin a 12 ans et la jubilation à tenir l’objet et la soie au bord de la rivière ne le quittera plus. Plus d’un demi-siècle plus tard, on peut dire que la passion n’a pas faibli d’un pouce et le temps de la retraite aidant, il n’y a guère de jour qui ne soit consacré à la pêche, à la rivière, au montage. Le montage, parlons-en : domaine de l’inventivité par excellence, il va pousser l’esprit vif et pratique de notre homme jusqu’à faire breveter un accessoire que nombreux parmi nos lecteurs connaissent déjà : Le Dubspeed avait déjà été présenté dans le “Pêche-Mouche” n°40 de janvier 2004. Vous pourrez vous y reporter ou tout simplement aller voir de plus près sur le site indiqué en bas de page. L’accessoire est destiné à faciliter grandement le montage du dubbing y compris pour les grandes longueurs nécessaires aux streamers. Les visiteurs de salons spécialisés auront droit à une présentation en direct, car Eddy n’en manque pas un : Charleroi bien sûr, mais aussi Munich, Berne et jusqu’au très prestigieux salon des professionnels de Denver au Colorado. N’hésitez pas à aller à sa rencontre, il vous présentera avec enthousiasme l’environnement magique de sa table de montage dont l’étau très personnalisé a été équipé de micro-inventions pratiques et faciles à reproduire. Dans sa maison de Kaysersberg, il y a fatalement une pièce entière dédiée à la pêche à la mouche et au montage. Fouillis inévitable des matériaux de montage, murs recouverts de vieilles affiches, de photos, de cadres, de cartes, meubles aux multiples tiroirs d’où surgissent à tout moment des objets hétéroclites, des vieilles photos chargés de souvenirs de pêche, de poissons fabuleux et de voyages lointains. Car même si la Weiss qui court toujours près de chez lui gardera sa préférence comme on garde un attachement indéfectible à un premier amour qui ne vous a jamais trompé, Eddy est allé voir un peu partout dans le monde comment couraient d’autres rivières, quel accueil réservaient à ses mouches les truites et les saumons des horizons lointains. Les saumons Islandais, il les a apprivoisés de longue date et leurs a concocté des petits streamers qui font désormais recette au pays des volcans. Plus loin encore et quasi obligés, les Etats-Unis font partie de son press-book sentimental pour les espaces sauvages démesurés. Mais l’Autriche proche de l’Alsace, les Balkans, la Franche-Comté ou la Thur toute proche sont autant de destinations de pêche régulières et de premier ordre pour lui. Quant à la Weiss, elle est à ses petits soins, Eddy s’est mobilisé de tout temps pour lui conserver son meilleur potentiel piscicole possible avec un long parcours “no-kill” validé par arrêté préfectoral. Gérée très intelligemment sur son potentiel naturel, la rivière n’est plus alevinée depuis plus de 10 ans et la population de truites s’en porte très bien. A noter par ailleurs qu’ elle compte aussi une population d’arcs-en-ciel qui s’y reproduit naturellement. Président et fondateur du club mouche de Kaysersberg depuis 15 ans, Eddy consacre encore une part de son temps au domaine associatif avec la volonté de transmettre son savoir, ses expériences de monteur et de pêcheur soucieux de se battre pour conserver ou améliorer la qualité des rivières et des poissons qui la peuplent. Un bel exemple d’engagement et de cohérence, quand la passion se transmet, se montre généreuse et dépasse très largement l’assouvissement exclusivement égocentrique d’un “hobby” qui tournerait comme trop souvent à de la “consommation” pure, brute et effrénée, reflet peu reluisant de la folie meurtrière qui s’est emparé du nouveau modèle sociétal. Souhaitons à tous les pêcheurs de demain d’avoir la chance de faire leurs classes auprès d’un homme de la trempe d’Eddy Zauner et qu’ils consacrent leur énergie et leur passion à soigner et porter le cours d’eau proche de chez eux.

Pour en savoir plus : http://newdubspeed.wix.com/new-dubspeed Tél. Edouard Zauner : 07 70 77 88 07 ou boîte mail : new.dubspeed@gmail.com