FishBone ou l’art lumineux du facteur de canne

Bruno MATHIEUJuin 2012

Quelque part posé dans la province de Flandre occidentale, à quelques encablures de Tourcoing et sur les rives de la Lys Franco-Belge, l’atelier d’Eddy Sheinpflug développe tranquillement son activité créative. On y respire cette intimité feutrée qui sent bon l’ouvrage de l’artisan : Dans cette grande couveuse naissent ou renaissent des cannes à mouche à la manière des lentes métamorphoses d’où s’envolent des papillons.

Petit coup de projecteur dans les coulisses secrètes de la création. Il faut dire avant toute chose que la nécessaire passion qui a mené Eddy à son travail de facteur de canne a pu s’appuyer sur de solides acquis professionnels. Ce quadragénaire d’origine Suisse a travaillé dans la recherche en biotechnologie (dont 7 années passées aux Etats-Unis), ce qui constitue assurément une base technique très confortable. Porté dans son métier par le souci de la perfection et pêcheur à la mouche au fond de l’âme, il développe fatalement et rapidement le besoin d’apporter à ses cannes à mouche le ou les détails qui pouvaient le chagriner jusqu’à la frustration : porte-moulinet mal adapté, poignée de mauvaise qualité, etc… Ses classes n’ont pas épargné le terrain : après ses premières rivières du Jura et de l’Oberland Bernois, il parcourt le monde : côtes et îles du Pacifique, Thaïlande, Ile Maurice, Floride, Méditerranée, Danemark, Montana, Suède, et tous les pays des Balkans. Conjuguant le terrain et la recherche en atelier, s’appuyant aussi sur une superbe équipe de guides de pêche lui permettant de tester et d’optimiser ses cannes aux quatre coins du monde et dans toutes les conditions, la situation est mûre pour l’ouverture de l’établissement FishBone Custom Rod Shop en 2008. En voyant pour la première fois quelques-unes unes des cannes Fishbone présentées au dernier salon d’Epinal en 2011, à l’agréable vision du bel objet a surgi quelque chose d’infiniment raffiné comme peut l’évoquer l’image du luthier.

Couleurs chaudes, matériaux nobles, raffinement, recherche esthétique évidente, les poignées de ces cannes exercent sur l’œil l’attractivité immédiate d’un bijou un peu à la manière des volutes ouvragées de la tête d’un violoncelle. De sa volonté perspicace et originelle autant qu’originale à améliorer et personnaliser ses propres cannes, Eddy a développé non seulement une base d’une vingtaine de modèles, de la petite 6′ de rivière aux longues cannes à deux mains, mais a créé une variété infinie de cannes montées personnalisées, sans restriction de style, allant du plus simple au plus farfelu, du classique à l’ultra moderne. Le liège est un matériau de base fondamental dans la fabrication des poignées, le choix des qualités de liège et des coloris vont permettre d’aboutir à une grande finesse esthétique et une excellente résistance. L’exigence de qualité mène notre artiste jusqu’au Portugal où il sélectionne personnellement les lièges. Le choix des essences de bois relèvent de l’ébénisterie : loupe d’amboine (très rare bois jaune clair à brun doré d’Indonésie et des îles Moluques : pterocarpus indicus), de frêne, de noyer, de manguier, d’érables divers, d’ébène, de séquoia, etc… N’oublions pas pour autant qu’avant de céder au charme des couleurs exotiques des bois rares et précieux mais aussi trop souvent en voie d’extinction et exploités au détriment de l’équilibre écologique de pays entiers, le choix des essences européennes a toute sa pertinence de choix responsable. Cela dit, le travail des ateliers Fishbone ne s’exonère pas d’un respect scrupuleux de l’ergonomie pour en conserver un grand confort d’utilisation, chose essentielle et pour reprendre une des règles de base d’Eddy : “çà doit pêcher! Car il est inutile de fabriquer une superbe canne qui reste accrochée au mur, sa place est au bord de l’eau”. Pour ce qui est du principe de base de fabrication, il consiste en un assemblage de rondelles de liège, de bois ou autres matériaux qui constitue le cylindre brut de la poignée. La forme est donnée par tournage, le grain obtenu par ponçage fin. Les ateliers Fishbone peuvent bien sûr vous proposer de travailler sur votre propre canne (c’est ce qu’on appelle customiser). Outre poignée et talon de combat, l’insert en bois sur les porte-moulinets donne une finition superbe. Eddy mène sa passion jusqu’au bout, son talent fait merveille et semble sans limites pour répondre aux attentes les plus extravagantes. Par ailleurs, ses modèles de cannes répondent aux mêmes exigences artisanales, tout est mis en oeuvre pour réaliser la meilleure combinaison puissance-précision et légèreté. Les blanks sont testés en atelier dans le souci de la recherche des meilleurs composants, les anneaux en titane indéformable Recoil. La recherche, la perfection, l’innovation voilà son moteur selon son expression : “J’adore essayer de nouvelles techniques, cela me tient éveillé des nuits entières et parfois ça marche, parfois c’est mort… c’est la vie!”

bruno mathieu 06 juin 2012